Truls Mørk CELLO

Truls Mørk s’est taillé la réputation d’un violoncelliste d’exception, d’une intensité extrême et à la grâce inégalée, réputation qui s’est construite sur les scènes du monde entier avec les orchestres les plus prestigieux. En Europe, il a joué avec des orchestres tels que l'Orchestre royal du Concertgebouw, l'Orchestre de Paris et l’Orchestre symphonique de la Radio bavaroise; en Amérique du Nord, il a travaillé entre autres avec l’Orchestre philarmonique de New York, l’Orchestre symphonique de Boston, l’Orchestre symphonique de Chicago et l’Orchestre de Cleveland. Il a été sous la direction de chefs prestigieux dont Myung-Whun Chung, Mariss Jansons, Gustavo Dudamel, Sir Simon Rattle, et Christoph Eschenbach.

mork truls 1112 c stephane de bourgies and virgin classics.jpg

Les grands moments de la saison prochaine le verront se produire en compagnie du Philharmonia Orchestra de Londres à la fois à Londres (Yannick Nézet-Séguin) et au Festival de musique de Grafenegg (Vladimir Jurowski) suite au succès des concerts à Paris de la saison dernière; l’Orchestre philarmonique Royal de Stockholm (Sakari Oramo); l’Orchestre de la Tonhalle de Zürich (David Zinman); l’Orchestre philarmonique de la Radio de Hanovre (Eivind Gullberg Jensen); le Philharmonia Orchestra (Esa-Pekka Salonen); l’Orchestre symphonique de Vienne (James Gaffigan) et à la fois l’Orchestre symphonique de Bamberg et l'Orchestre symphonique de la Radio Suédoise (Manfred Honeck). Cette saison voit aussi Mørk comme artiste en résidence à l'Orchestre Philharmonique d'Oslo - premier projet de ce genre qui comprendra deux programmes tout en contraste et un enregistrement. La saison dernière, il a donné le Double concerto de Brahms, en compagnie de Lisa Batiashvili avec l'Orchestre Philharmonique de Rotterdam, l’Orchestre symphonique allemand de Berlin (avec une tournée des festivals d'été) et la Staatskapelle de Dresde.

Truls Mørk accorde une large part à la musique de chambre en donnant régulièrement  des récitals sur les plus grandes scènes du monde entier. Dans le cadre du Festival international de Bergen 2011, il a joué l’intégrale des sonates pour violoncelle de Beethoven en deux soirées, avec  les Variations pour violoncelle et piano – dont la dernière interprétation au Festival remontait à 1970 avec Jacqueline du Pré.

Truls Mørk s’implique également dans la promotion de la musique contemporaine:  au printemps 2012 a eu lieu la première audition anglaise de Rautavaara Towards the horizon avec l'Orchestre symphonique de la BBC. D’autres premières également dont le Concerto pour violoncelle de Pavel Haas avec l’Orchestre philarmonique de Vienne (sous la baguette de Jonathan Nott), le Concerto pour trois violoncelles de Krzysztof Penderecki avec l'Orchestre Symphonique de la NHK (Charles Dutoit) et le Concerto pour violoncelle de Haflidi Hallgrimsson, co-commande de l’Orchestre philharmonique d'Oslo, de l’Orchestre symphonique d'Islande et de l’Orchestre de chambre d’Ecosse.

Towards the Horizon de Rautavaara a été enregistré chez  Ondine avec l'Orchestre Philharmonique d'Helsinki dirigé par John Storgards et a été nominé pour un  Gramophone 2012. L’enregistrement des fameux Concertos pour violoncelle de C.P.E. Bach chez Virgin Classics avec Les Violons du Roy sous Bernard Labadie s’est vu décerné le prix ECHO Klassik 2010. Il a aussi enregistré le Double concerto de Brahms avec l'Orchestre du Gewandhaus de Leipzig et Riccardo Chailly et Vadim Repin chez Deutsche Grammophon, et les œuvres pour violoncelle et orchestre de Haflidi Hallgrimsson chez Ondine. Il a également enregistré le Concerto pour violoncelle de Schumann avec Paavo Järvi et l'Orchestre Philharmonique de Radio France, ainsi que l'intégrale des suites pour violoncelle de Bach, remportant un Grammy Award en 2002.

Après avoir été initié par son père, Truls Mørk a poursuivi ses études avec Frans Helmerson, Heinrich Schiff et Natalia Schakowskaya. Il a reçu un grand nombre de récompenses dont le Prix de la critique norvégienne en 2011 et le Prix 2010 du Concours Sibelius.

Truls Mørk joue sur un violoncelle de Domenico Montagnana, l’«Esquire», de 1723.

Read this page in: